Fly me to the moon. Israel colonise la Lune

Après les Etats-Unis, la Russie et la Chine, le quatrième « grand pays » à coloniser la Lune est Israel.

Contrairement aux autres pays, ce vol a été financé par des fonds privés.

« Nous entrons dans l’Histoire et sommes fiers d’appartenir à un groupe qui a rêvé et a accompli la vision partagée par de nombreux pays dans le monde mais que, jusqu’à présent, trois d’entre eux seulement ont accomplie », a déclaré le président de SpaceIL, l’homme d’affaires et philanthrope Morris Kahn.

Avec un but philanthropique avec d’être scientifique.

L’engin emporte une capsule contenant des disques numériques avec des dessins d’enfants, des chansons et des images de symboles israéliens, les souvenirs d’un rescapé de la Shoah et une Bible. La capsule sera laissée sur la Lune comme témoignage pour les générations futures.

Les spécificités lyrique de ce vol

En ce lendemain de pleine Lune ou l’astre a été très proche de la Terre et ou j’ai pu admirer notre satellite sans avoir besoin d’autre chose qu’une bonne vue et un ciel clair, je rêve demain de voir ce point dans le ciel qui sera un bout d’Israël alunir.

Je pense aux paroles prophétique du Général de Gaulle, un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur

Fier d’Israël, fier de son intelligence, fier de sa houtspa, fier de vivre dans ce pays.

Quand demain je ferais ma « Birkat a Levana » , ma prière aura un sens nouveau, un sentiment que j’ai hate de découvrir.

Les spécificités technique de ce vol

[su_youtube_advanced url= »https://youtu.be/_R4zk448oPs » rel= »no » theme= »light »]

Le vol est parti cette nuit de Cap Canaveral à 3h45 heure de Jérusalem.

L’engin de 585 kilos, qui ressemble à un chaudron posé sur des tréteaux, sera envoyé dans l’espace via une fusée Falcon 9 de la firme américaine SpaceX. Il doit atterrir sur la Lune le 11 avril 2019, après avoir parcouru 6,5 millions de kilomètres à une vitesse maximale de 10 kilomètres à la seconde (36.000 kilomètres à l’heure)

Le projet a débuté dans le cadre du Google Lunar XPrize qui, en 2010, offrait 30 millions de dollars pour encourager les scientifiques et entrepreneurs à proposer des missions lunaires peu coûteuses.

Ce prix n’a eu aucun gagnant, mais l’équipe israélienne a continué ce projet et ‘a mené a son terme.

Ler vaisseau appelé « Bereshit » la Genèse, le commencement, est chargé de mesurer le champ magnétique de la Lune pour mieux comprendre sa formation.

Les données seront partagées avec la NASA

[su_youtube_advanced url= »https://youtu.be/jnnzbdt4_RE » rel= »no » theme= »light »]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.