Faire son Alyah en Israel.

Yaakov Hagoel

L’Alyah française

En compagnie de Yaacov Hagoel, vice président de l’Agence juive Mondiale, j’ai discuté de tous les problèmes que rencontrent tous ceux qui font leur Alyah de France.

Pourquoi les juifs de France font leur Alyah.

Face à l’antisémitisme de plus en plus virulent subit par les juifs de France, la volonté d’Alyah est de plus en plus la solution pour pouvoir continuer à vivre normalement.

Pour certains, l’Alyah intérieure s’impose, surtout pour des raisons de parnassa. Les juifs se ghettoïsent dans certains quartiers comme à Paris, le 17ème par exemple ou dans des villes comme Levallois.

Mais d’autres choisissent Israel, la seule nation juive au Monde et contactent l’agence juive

La montée en terre promise.

L’Alyah en Israel n’est pas une action qui s’improvise. La peur ne doit pas être la motivation principale.

La vie en Israel est complètement différente de la vie dans l’hexagone.

Les aides sociales sont beaucoup moindre que celles pratiqués en France et la valeur du travail est la base de la société israélienne.

On peut voir des médecins russes faire des ménages le temps d’apprendre l’hébreu et d’obtenir l’équivalence de leurs diplômes.

Vouloir avoir de suite la même qualité de travail en faisant son Alyah est très peu probable.

Le mot « savlanout » qui veut dire « patience » et le maitre mot de la société israélienne, et quelque soit ce que vous allez accomplir, la patience sera la règle première qu’il faudra assimiler.

a montée

Qui peut devenir israélien?

Selon la loi sur la nationalité, toute personne née d’un père israélien ou d’une mère israélienne, est un citoyen israélien de naissance, même né en dehors d’Israël.

Pour bénéficier de la loi du retour, il suffit de prouver d’avoir un parent ou un grand-parent juif pour avoir le droit de faire son Alyah et de bénéficier de la nationalité israélienne.

Un conjoint d’un citoyen israélien peut aussi obtenir la nationalité israélienne même s’il n’est pas juif.