Yom Haatsmaout en Israël

Yom Haatsmaout en Israël, c’est une expérience exceptionnelle à vivre.

Mon premier Yom Haatsmaout a été vécu en 1974 et en 47 ans je n’ai pas dû rater beaucoup de commémorations.

C’est une journée pleine de magnifiques souvenirs accumulés avec souvent mes enfants qui étaient jeunes.

Peut-être que leur amour d’Israël et  leur sionisme en général viennent en partie de leurs gènes et en partie de ces merveilleux souvenirs.

Le sionisme est générationnel dans notre famille,  mon grand-père qui vivait à Tunis était déjà un sioniste.

Au début des années 1900-1920, on le traitait de doux rêveur et même souvent d’illuminé quand il parlait du futur état d’Israël,

Il a quitté notre monde en octobre 48, heureux de voir son rêve se réaliser.

Malgré tout, cette date reste gravée dans la mémoire familiale par le décès de mon père en 2008.

Parti rejoindre son père le jour de Yom Haatsmaout, ils doivent joyeusement fêter ce jour mémorable.

Mon expérience israélienne

Depuis 7 ans que je suis israélien, je l’ai fêté de plusieurs manières et cette année encore je vais le célébrer d’une façon différente.

La tradition en Israël est de faire un Barbecue et je suis sûr que vers midi, toute la terre d’Israël est recouverte de fumée.

Cette année je vais faire un barbecue dans un moshav dans le Golan.

Une journée festive pour la première fois 100% israélienne, avec musique, orchestre et danse.

Ce moment devrait être encore plus émouvant car nous allons tous faire tomber notre masque.

Israël a aujourd’hui atteint une immunité collective  et nous commençons à revivre normalement.

Je suis impatient et sur de passer une journée mémorable.

Israël, pays des miracles. Israël est un Miracle à lui tout seul.

Comment après 2000 ans d’errance à travers le monde, après avoir erré sans patrie et parlant plus de 100 langues différentes, les Juifs ont pu réaliser leur rêve millénaire du retour à Sion.

Je suis un Juif comme les autres

Comme tous mes ancêtres , j’ai prié “L’an prochain à Jérusalem”

Mon grand-père Élie, le doux rêveur tunisien, nous a transmis les gènes du sionisme.

Après un passage en France, comme tout Juif errant qui se respecte, mon père, Charly, a fait son Alyah.

Et aujourd’hui, moi, Marc Élie, ma fille Emily, avons fait notre Alyah.

Et 2 petits sabras sont nés en Eretz Israel.

Merci Papi Elie

Motsé Shabbat, nous fêterons l’haskara de Papi Charly avec le sentiment du devoir accompli.

Aujourd’hui, Yom Haatsmaout, nous sommes de retour avec 4 générations vivant en Israel.

Barouh Hachem…

Si je t’oublie, Jérusalem, Que ma droite m’oublie!

Que ma langue s’attache à mon palais, Si je ne me souviens de toi, Si je ne fais de Jérusalem Le principal sujet de ma joie!