When heroes fly, une série incroyable

Je viens de voir la série “When Heroes fly”.

Pour la première fois, je ne suis pas un passionné de télévision, je n’ai pu dormir qu’une fois la série terminée.

C’est la première fois aussi que je trouve dans une série tous les sentiments humains décrit avec une certaine justesse.

L’amour, la vie, la mort.

Ce sont des sentiments passe-partout que tous les cinéastes essayent de reproduire pour marquer leur scénario.

Mais la, tout autour s’est construit une histoire humaine et “incroyable”

Ces trois sentiments se sont mélangés, triturés avec tous les autres sentiments humains.

L’amitié, poussée à son paroxysme. Un sentiment “inhumain” qui poussent les amis à s’aimer, se haïr se rejeter mais de se ressouder des que la situation le demande.

La religion avec ses contradictions. Ceux qui l’aiment ou qui la rejettent, Ceux qui la pratiquent et qui ne la pratiquent plus

L’amour, pour une femme, mais aussi pour une mère, un père, un enfant. Le tout conjugué à toutes les personnes

La mort aussi, repoussée et acceptée. La mort d’un père qu’on refoule, la mort d’une femme dont on assume la responsabilité, la mort d’un ami, d’un supérieur qu’on n’assume pas ou la mort d’un enfant qui nous hante.

La psychologie humaine, avec des flash-back qui expliquent le pourquoi de la stupidité des non-dits.

La guerre, avec toutes les blessures physiques et , ou, psychologiques qui habite la grande majorité des personnes qui vivent un épisode guerrier et donc à la presque totalité des israéliens.

Rak be Israël

Il est évident que c’est une série israélienne.

When heroes fly a obtenu le prix de la meilleure série au dernier festival de CanneSerie l’année dernière.

J’avais aimé Homeland, j’avais adoré Fauda et maintenant je n’ai pas de superlatif pour qualifier When heroes fly.

Même pour les séries télévisées, les israéliens sont devenus des références mondiales.

Après avoir vu ce film, je ne peux que comprendre ce qui lie les israéliens entre eux.

Quand je vois des israéliens se donner des accolades, maintenant je peux comprendre pourquoi.

Quand je vois tous les vendredis matins, quelque soit le temps, un groupe d’une dizaine d’israéliens prendre un apéritif au bord de l’eau,  maintenant je peux comprendre pourquoi.

Quand je vois les réactions des israéliens dans la rue, avec leurs excès, dans la colère comme dans l’amour, maintenant je peux comprendre pourquoi..

Rak be Israel, on ne peut imaginer et réaliser ce genre de série ou se mêlent tous les sentiments humains qu’en Israël.

Si vous n’avez pas encore vu cette série, n’hésitez pas

2019-03-11T17:05:36+00:00mars 11th, 2019|Categories: Guerre, Israel, Liban, Psychologie, Tsahal|0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :