Survivant d’Auschwitz

Les hasards de la vie, et le miracle israélien

Israël est un miracle à lui tout seul, survivre à 2000 ans d’exode, survivre à l’extermination nazi, survivre dans une région où la mort dresse son étendard, il se passe tous les jours des miracles en Israël.

Depuis que j’ai fait mon Alyah, je ne compte plus les « choses extraordinaires » qui me sont arrivées, des « miracles » qui me sont arrivés.

Je crois que je peux conjuguer le verbe « rencontrer » à tous les temps et sous toutes les formes.

Rencontre, avec la femme qui partage ma vie et que je n’aurai jamais rêvé rencontrer.

Rencontre, avec des amis que je n’aurai jamais rêvé rencontrer.

Rencontre, avec une ville où je ne me suis jamais senti aussi bien.

Rencontre, avec les milliers d' »amis » que j’ai sur la toile et qui me lisent tous les jours.

Rencontre, avec une communauté où je me sens très bien.

Rencontre, incroyable que je voudrais vous raconter aujourd’hui.

Rencontre, avec une partie de ma famille que je n’aurai jamais rêvé rencontrer.

 

[su_vimeo url= »https://vimeo.com/174019353″]

Mes 20 ans.

Quand j’avais 20 ans, ma grand-mère paternelle, s’est remariée avec un Survivant d’Auschwitz.

Pour moi, un Survivant d’Auschwitz, c’était quelque chose d’imaginaire. Séfarade, venant de Tunisie, j’avais eu la Chance de ne pas avoir de déportés parmi les miens.

Et en 1973, mes connaissances sur la Shoah étaient un peu limités.

J’ai eu la chance de parler avec mon nouveau grand-père, Survivant d’Auschwitz, qui avait le lourd fardeau de se prénommer Adolphe.

J’ai eu cette chance et opportunité de parler avec lui, de ses moments passés dans les camps

Je n’ai malheureusement pas souvenir de toutes les conversations que j’ai pues avoir.

Mais le souvenir qu’il me reste, c’est le sentiment qu’il avait d’être toujours dans les camps, avec des nuits qui n’en  finissaient pas et cette odeur de cadavres brûlés qui n’avaient jamais quittés ses narines.

L’autre souvenir, c’est l’Histoire de son évasion du camp de concentration. J’ai souvenir d’un homme assez grand grand, dans ma tête, il devait mesurer entre 1.75m et 1.80m.

Il m’a dit qu’il pesait 40 kg.

Il m’a raconté, qu’il s’était caché dans les latrines d’un train.

les latrines étaient composées d’une fosse, recouverte d’une planche en bois trouée, ou les allemands venaient faire leurs besoins.

Il m’a raconté qu’il était resté plusieurs jours dans ce trou en pataugeant dans les excréments.

Le miracle

Sans entrer dans les détails, on me demande d’appeler un certain nombre de numéros de téléphones, et de me présenter et prendre les coordonnées des personnes.

Et, chose improbable, j’appelle le petit fils de mon nouveau grand-père. Je ne sais pas quel est le lien de parenté qui nous unis.

Ma famille s’est enrichie d’une nouvelle branche, que j’ai rajoutée à mon arbre généalogique.

Am Israel Hai a maintenant un sens pour moi.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.