Comment réussir son alyah

Comment réussir son alyah ou comment bien la préparer.

Il y a 3 façons de faire son alyah donc 3 façons de réussir son alyah.

Réussir son alyah pour un jeune.

Un jeune qui a le sionisme comme idéal va généralement réussir son alyah pour la plus simple des raisons, :

Il est jeune, donc il va très vite apprendre à parler très bien l’hébreu.

S’il finit ses études en Israel, les cours sont en hébreu, ses amis sont des israéliens donc il va faire tous les efforts pour s’intégrer au plus vite.

Les jeunes Olims qui  font leur service militaire  deviendront des vrais israéliens.

Et pour eux, le problème ne se pose même pas, ils vont réussir leur alyah.

Réussir son alyah pour un retraité.

Là, le problème est complètement différent.

Mon exemple personnel, je suis génétiquement sioniste et je suis monté avec beaucoup d’ambition linguistique.

Je voulais faire un ou deux ans de kibboutz pour bien parler l’hébreu et avoir des amis israéliens et devenir un véritable israélien.

Ça c’était mon rêve, mais à plus de 60 ans je n’étais plus admissible dans un kibboutz donc je me suis réveillé.

De plus, habiter à Netanya, pour être près de ma mère, c’est de facto, limiter mon hébreu.

Même si je parle à un commerçant en hébreu, il me répond presque systématiquement en français.

Même si j’ai fait mes oulpans, mon hébreu sera toujours limité.

Je suis un israélien, car je m’intéresse et j’essaye de comprendre le fonctionnement du pays.

J’ai côtoyé et échangé quelques mots avec des personnes très importantes du pays.

Mais je ne serai malheureusement jamais un israélien ailleurs qu’a Netanya, Raanana, Ashdod ou Eilat, dans les villes ou se réunissent les français pour être entre eux.

Nous avons réussi a recréer des ghettos, comme en France dans le 17eme, Levallois, Neuilly, Sarcelles ou Créteil.

Les actifs, la catégorie la plus délicate.

Cette catégorie est celle qui doit résoudre le plus de problèmes le plus rapidement possible.

Pour les actifs entre 25 ans et 50 ans, mariés avec des enfants, l’alyah doit se préparer longtemps à l’avance.

Il faut entre deux et trois années d’oulpan en France afin d’arriver en parlant presque couramment hébreu et pouvoir travailler comme un israélien.

Si possible, ne pas intégrer une ville francophone, oublier Netanya, et éviter les call-centers francophone pour réussir son alyah.

Il est sûr que l’age et le nombre d’enfants vont influencer les choix de chacun.

Et pour s’intégrer, il faut oublier la France et ses aides sociales;  ici, la chose la plus importante c’est le travail.

Malheureusement il faudrait écrire 300 pages pour expliquer tous les cas.

L’idéal sioniste, c’est d’aller vivre dans un Ichouv des territoires, entouré d’israéliens pendant 2 ou 3 ans pour devenir un vrai israélien.

C’est la meilleure des solutions pour parler l’hébreu et comprendre la mentalité israélienne.

Et je n’ai pas parlé de l’éducation scolaire des enfants qui est complètement différente de la scolarité française.

Beaucoup de jeunes ont des difficultés d’adaptation qui ne pourront se régler que pendant le service militaire.

Rien n’est facile pour cette catégorie de personnes qui doit avoir une émouna énorme pour vivre en Israel.

Israel est plus qu’un pays normal, c’est le pays qu’Hachem nous a donné pour le conquérir.

Si vous l’aimez, il vous le rendra, si vous ne l’aimez pas, il vous rejettera sans état d’âme.