Qui suis-je, ou le regard de l’autre.

Qui suis-je, une question qu’on doit tous se poser un jour.

Il devrait n’y avoir qu’une réponse, celle qui est la façon dont je me perçois.

Mais je sais que je ne sais pas si une seule personne me connait vraiment.

Ma vie a été et est toujours très riche en émotion et en rencontres.

Le privilège de l’âge et l’expérience m’ont construit et on fait ce que je suis.

Mais je pense que malgré certaines exceptionnelles entorses à mes principes de base, je n’ai fait que conforter ma personnalité.

Comment les gens me perçoivent ?

Personnellement je n’ai jamais tenu compte de l’impression que j’ai pu transmettre.

J’ai quelques principes de bases.

Les personnes ne me jugent qu’à travers leur propre façon de vivre.

Et surtout que chaque qualité est l’envers d’un défaut.

La manière de voir son verre a moitié vide ou à moitié plein donne les clés de la personnalité.

Qui suis-je vraiment.

Je suis un vrai Bélier avec ses qualités et ses défauts.

Un optimisme foncièrement positif que certain voient comme un doux rêveur.

Une énergie débordante pour moi mais un fou furieux pour d’autres.

Une soif d’aventure qu’on catalogue d’instabilité.

Une spontanéité jugée comme irréfléchie

Une générosité comparée à une poche trouée

Une créativité, une imagination une volonté de vouloir transformer mes rêves en réalité.

Une loyauté envers mes proches comme mes convictions associées à une soif de liberté qui font que je ne peux pas vivre autrement qu’en phase avec mes valeurs.

Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir  

Chacun voit en moi le reflet de ses propres défauts.

Mais ce qui est valable pour moi est aussi valable pour tout le monde.

C’est pour ça que je pense que je jugement des autres n’a qu’une valeur relative.

Je pense être un spécimen humain comme on peut en trouver des centaines de millions sur terre.

Je suis surtout et avant tout un Juif.

En écoutant le monde et l’antisémitisme en général, il m’arrive de me demander.

«  En quoi suis-je différent ? »

La définition du regard de l’autre est comparable à celle de mes proches.

Chacun voit en l’autre le reflet de ses propres défauts.

Le Juif a été élu comme le contre reflet de son propre regard.

Le maire de Sarcelles avait interrogé un manifestant antisémite qui lui avait dit.

« Eux ils ont tout et nous on a rien »

D’autres croyances envers les juifs sont généralement :

Ils sont riches, ils s’entraident, ils dominent le monde.

Ce n’est que le reflet opposé des manques de chaque individu.

Ces mêmes reproches sont aussi formulés par les états envers Israël.

Mais ça s’appelle l’Antisionisme.

Les palestiniens, aidés du monde, ont repris cette rhétorique.

Ils voient en Israël tout ce qu’ils n’ont pas et qu’ils aimeraient avoir.

Et le monde, et la France, pays de ma culture, soutiennent cette population tout simplement parce qu’elle se bat contre Israël.

Israël qui est devenu le contre reflet de l’ambition de chaque pays.

Qui suis-je, un homme ou un Juif ?

Quoi qu’il arrive je serais toujours un homme pour les Juifs et un Juif pour les hommes.

De toute façon, je pense donc je suis, ça c’est sur.