Qui sommes nous aujourd’hui

Qui sommes nous aujourd’hui, c’est la réflexion principale de notre nouvelle société.

Nos certitudes d’hier se sont envolées en fumée face à l’invisible, la pire des peurs, celle de ne pas voir son ennemi.

[su_youtube_advanced url= »https://youtu.be/9x0QLaVgaoc  » rel= »no » theme= »light »]

Les peurs récentes

J’ai rencontré un ami qui m’a dit que pour lui, la pandémie n’était rien par rapport à ce qu’il avait vécu.

Le 26 décembre 2004, il vivait en Thaïlande. Il était propriétaire d’un club de plongée.

Il m’a raconté que ce matin là, en ce levant il avait consulté son planning de travail qui était plein jusqu’à la fin de l’année.

Sa tête était pleine de projets, pour fêter cette fin d’année exceptionnelle pour lui.

Il était monté dans sa voiture pour aller rejoindre des amis.

Quand, en quelques minutes, une énorme vague l’a submergé.

Après, un trou noir qu’il n’a pas su quantifier, et il s’est réveillé, vivant, en haut d’un arbre.

Le spectacle qu’il a vu était apocalyptique, il a du attendre des secours car il était tétanisé et incapable de descendre de son arbre.

En quelques minutes, il avait perdu, sa maison, sa voiture, son bateau, son travail, tout simplement tout.

Non pas tout, sa vie avait été épargnée, car beaucoup d’autres n’avaient pas eu cette chance.

Qui sommes nous

J’ai appelé un autre ami

Je connaissais un autre ami, rescapé du World Trade Center de New York.

Son message a été similaire.

Ce matin la, il avait rendez-vous chez son médecin pour faire des examens, car il devait faire un tour du monde en bateau.

Ses bureaux étaient dans la tour qui  s’était effondrée.

En arrivant en voiture dans la tour, il a vu l’avion la percuter devant lui.

Il était renté dans le parking, et voulait rejoindre ses bureaux pour récupérer des documents très important à ses yeux.

Mais la sécurité l’avait empêché de monter dans les étages.

Et il a du évacuer la tour en urgence et en courant, car sa tour était entrain de s’écrouler.

Il a été envahi par ce nuage de poussière, avant de s’abriter dans un immeuble.

Il avait tout perdu, sauf le principal, c’est à dire la vie.

Qui sommes nous

Qui sommes nous aujourd’hui

Dans ces deux cas, exceptionnels que je viens de décrire, les événements ont été rapides, violents et imprévus et surtout visible.

Et surtout limité à un lieu précis et a un moment précis, avec un responsable évident.

Qui sommes nous aujourd’hui face à un ennemi invisible, qui frappe partout dans le monde et qui n’a pas de fin programmée.

Chacun l’appréhende comme il le ressent.

Ceux qui ont perdu un proche sont plus sensibilisé que ceux qui « subissent « cette angoisse sans savoir, ou comme ceux qui n’y croient pas.

Ceux qui ont perdu leur travail ou même leur société pour rien, ni faute de travail, ni faute de gestion.

Tous ceux qui ont enterré un proche sans simplement pouvoir réciter le kaddish.

Et tout ceux qui ont du, soit se marier dans la plus strict intimité, sans faire partager leur joie.

Ou simplement ceux qui ont annulés leur mariage.

Qui sommes nous aujourd’hui, si nous ne pouvons plus avoir aucun projet.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.