Que sera le monde demain

Que sera le monde demain, que laisserons nous à nos enfants et nos petits enfants , quel sera leur vie.

Beaucoup de questions qui vont rester sans réponses

Qu’avons nous fait depuis 50 ans

50 ans, c’est hier, c’est un monde que beaucoup d ‘entre nous ont connu.

J’ai un souvenir qui me vient à l’esprit et je vais vous le raconter et vous allez comprendre le fossé qui s’est creusé en 50 ans.

Je ne sais pas si j’avais 18 ans ou je devais à peine les avoir

J’habitais à Villiers-le-Bel, dans la banlieue nord de Paris , le 95, et je vivais dans une cité dortoir et j’étais heureux d’y vivre.

C’était un samedi soir et j’avais décidé d’aller en boite, je me rappelle c’était la “Tour de Nesles”

J’avais rendez-vous avec une copine et la soirée s’annonçait très bien.

J’étais allé à Paris en train, et j’avais mangé un Wimpy (l’ancêtre du Mc Do) à la Gare du Nord.

Marche jusqu’au Pont-neuf, lieu de mon Rendez-vous, je retrouve ma copine.

On traverse les quai, rue Dauphine ou on s’attable dans un café.

Ensuite, direction Boite. J’avais la permission du dernier train pour rentrer, et j’avais l’intention de le rater.

Excellente soirée et vers 5h je retourne à la Gare du Nord pour prendre le premier train. (C’était encore des trains à vapeur)

Arrivé à la gare de Villiers-le-Bel , j’avais encore 3 km à faire à pieds pour rentrer chez moi.

Sur le chemin, une voiture de police s’arrête et me demande ou je vais. Et ils se proposent gentiment de m’accompagner.

Je ne vous raconte pas la tête de ma mère qui m’a vu arriver dans ce camion noir et blanc.

Et les policiers se sont excusés auprès de ma mère pour lui avoir fait peur.

Qu’es ce qui a changé et que nous ne verrons plus demain

Beaucoup de choses à part que je n’ai plus 18 ans.

Je pouvais sortir seul en train et déambuler toute la nuit à Paris sans risques.

Personnellement je n’ai jamais été attiré ni par l’alcool, ni par la drogue.

Je n’avais pas de téléphone portable pour prévenir de mon retard et je ne sais même pas si on avait déjà le téléphone à la maison.

Les rapports entre les jeunes étaient beaucoup plus sains qu’aujourd’hui et le respect envers les filles était normal.

Je ne sais même pas si j’avais mes papiers sur moi.

Et cerise sur le gâteau, les rapports avec la police qui étaient la pour nous aider et que nous respections.

Expliquer notre vie à des jeunes, d’hier à demain

  • Pas de téléphones portables, ni d’Internet, ni d’ordinateur , ni jeux vidéos.
  • Voitures sans rétroviseurs extérieurs ni ceintures de sécurité
  • Essence à 1 francs le litre soit 0.15 cts d’Euro
  • Aucune sécurité dans les aéroports, si ailleurs.
  • Aucune maladie dangereuse comme le sida
  • Je me promenais avec une Maguen David en évidence.
  • Le PSG n’existait pas encore
  • On pouvais dire ce qu’on voulait sans aucun risque et Charly Hebdo était un journal très lu.
  • J’allais au Lycée sans peur de me faire dépouiller
  • Et nous étions heureux dans nos cités.

Que reste-t-il de tout cela ?

Comment vivront nos petits enfants en France demain?