Mahomet commanditaire d’assassinats crapuleux

Je suis tombé sur un site www://kabiles.net

Mahomet, les juifs et les chrétiens selin Ibn Ishaq cliquez sur le lien pour lire l’article en entier

Quelques extraits

Dès 624, deuxième année de l’hégire, sous la houlette de Mahomet, des tribus juives et chrétiennes, originaires de Médine, furent expulsées de cette ville ou massacrées parce qu’« elles s’étaient refusées de croire à l’Envoyé d’Allah ».

A la suite des dissensions avec les juifs qui ne l’acceptaient pas comme nouveau prophète, la ville de Jérusalem qu’il avait d’abord érigée en direction spirituelle (qiblah) vers laquelle tous les musulmans devaient se tourner pour prier, fut remplacée. Mahomet prit la décision politique d’exiger que ses croyants prennent désormais sa ville natale, la Mecque, avec sa Kaaba, comme orientation de prière. Décision qu’il légitime aussitôt, le 11 février 624, comme étant une prescription divine, par des versets qui lui étaient « descendus » pour l’occasion.

Il avait désigne Jérusalem comme direction de prière pour faire comme les juifs et les inciter a se rallier a l’Islam. Mais il a vite changé d’avis.

Au début, les attaques sont perpétrées contre des caravanes en provenance ou à destination de la Mecque et, plus tard, elles seront lancées dans des territoires plus lointains. Mahomet n’est donc pas seulement à la tête d’une religion, mais il est aussi un chef politique et surtout un chef militaire, grand guerrier, particulièrement féroce, cruel et intolérant, qui organise et ordonne des assassinats ciblés et des massacres, à grande échelle. Il prône et pratique le jihad, la « guerre sainte », ce « combat pour et dans la voie d’Allah »,

C’est un chef cruel qui n’hésite pas a tuer pour s’enrichir

Aussitôt Mahomet n’hésita pas à ordonner l’exécution immédiate de trois prisonniers (Abou Jahl, Nadhr ibn Harith et Oqba ibn Abi Mouayt) en raison d’une vieille rancune. A travers ces premières attaques, sous les ordres de son prophète, l’islam montre son visage guerrier, intolérant et intransigeant, qu’il ne perdra plus tout au long de son histoire jusqu’à nos jours.

Il montre ainsi le vrai visage de l’Islam

Des chroniques évoquent l’orchestration, par Mahomet, de plusieurs assassinats de personnes, indépendamment de leur âge ou de leur sexe. L’un des assassinats les plus connus est celui du poète Kaab ibn Al Ashraf survenu en septembre 624. Kaab, appartenant à une tribu juive de Médine, composait des vers dans lesquels il se moquait des « révélations » de Mahomet.

Ce fut aussi le cas d’une femme du clan des Banu Khatma, nommée Asma bint Marwan, qui avait également pour habitude d’écrire des vers dans lesquels elle contestait et tournait en dérision les supposées révélations de Mahomet… Il l’assassinat en la transperçant d’une épée alors qu’elle dormait au milieu de ses cinq enfants dont le dernier, encore allaitant, était couché sur sa poitrine.

Mahomet fut le commanditaire de plusieurs autres assassinats crapuleux, comme celui du juif Satam ben Abi al Huqayq, de l’oasis de Khaïbar, littéralement transpercé, sur son lit, par les épées de cinq hommes appartenant à la tribu arabe de Khazraj

Auteur : Ibn Ishaq
Commentaires et notes : Abdurrahmân Badawî
Edition : Albouraq