Macron au repas annuel du CRIF

Ce repas tombe très bien, suite aux derniers événements antisémites en France et sur Paris et suite à la grande manifestation contre l’antisémitisme pour que le président Macron fasse un discours”historique”

Le discours en apparence a été sincères et suffisamment émouvant pour rassurer les juifs qui vivent encore en France.

Mais personnellement je doute qu’ils puissent demain sortir dans la rue avec une kippa et se rendre compte que maintenant c’est fini.

Il ne faut pas se leurrer, Macron, comme la France, est prisonnier de la rue musulmane.

Il suffit simplement de se promener à Saint-Denis, aux portes de Paris, derrière le Stade de France.

Saint-Denis, ville royale où sont enterrés tous les Rois de France dans sa Basilique.

Saint-Denis est le symbole du Grand Remplacement

Macron a voulu, pour le pas d’amalgame, différencier l’islam de l’islamisme radical.

Mais sans vouloir mettre tous les musulmans dans le même panier, la grande majorité de la jeunesse musulmane, surtout celle issue des “quartiers” a été élevée dans la haine du Juif et d’Israël.

Il n’est pas besoin d’être radicalisé pour être antisémite ou, et antisioniste.

L’Islam du Moyen-Orient et l’Islam d’ailleurs.

Tandis que les musulmans sunnites de la région, avec l’Arabie Saoudite  et l’Égypte, qui sont les principaux pays musulmans de la région, ont soit déjà fait la Paix comme l’Égypte ou s’en rapprochent comme l’Arabie Saoudite.

Les autres pays musulmans, souvent sous influence consciente ou inconsciente, de l’idéologie des frères musulmans, rejettent toutes négociations avec Israel.

L’Union mondiale des Savants musulmans (UMSM), dont Tarik Ramadan est un des principaux dirigeants,  a condamné le rassemblement des dirigeants arabes avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu.

Même en prison, Tarik Ramadan a une grande influence auprès de tous les musulmans non radicalisés.

Toute cette population musulmane est par éducation antisémite, et rien ne la fera changer d’avis.

L’éducation, le secret de la réussite.

Il faudrait, surtout dans les cités perdues de la république, éduquer les enfants dès leur plus jeune age.

Mais la, le défi est insurmontable, car aucun professeur n’osera enseigner la Shoah, et de toute façon il faudra attendre au moins une génération, c’est à dire 25 ans, pour avoir les premiers résultats.

L’Antisémitisme a été, est et sera toujours d’actualité.

Ce n’est pas le discours indigné de Macron qui va faire évoluer les mentalités.

Peut être simplement baisser la température et inciter les antisémites a être moins visible.

 

2019-02-21T18:16:12+00:00février 21st, 2019|Categories: alyah Réalité, Antisémitisme, France|0 Comments
%d blogueurs aiment cette page :