L’Iran atteint de maladie incurable

Nous sommes entrain d’assister à la fin du régime actuel des mollahs en Iran.

En effet, l‘assassinat du général Soleimani par les américains a sonné le glas de ce régime.

La gestion de cette crise a très mal été gérée par le gouvernement.

Le vrai visage ainsi que les limites de l’esprit des mollahs a été révélé.

Les symptômes de cette maladie.

Les ayatollahs ont battis leur programme sur la destruction de l’État d’Israël et la diabolisation de tous ses alliés avec les américains en tête de liste.

Son seul programme a été d’armer et d’entourer tous ceux qui pouvaient l’aider dans leurs ambitions.

Le financement a outrance des ennemis d’Israël comme le Hezbollah ou le Hamas.

La volonté de créer une zone d’influence pour entourer Israel.

Avec une main mise sur l’Irak, le Liban, le Syrie, Gaza  et le Yémen, l’Iran pouvait avoir un accès direct comme indirect avec l’ennemi nommé.

Le soutient inconditionnel du Hamas, lui permettait aussi de prendre place dans les territoires gérés par l’autorité palestinienne.

Et bien sur, la volonté évident l’acquérir l’arme nucléaire.

L’arme suprême qui leur permettrait de pouvoir réaliser leur  rêve.

Le rêve et la réalité.

Pour pouvoir réaliser ce songe utopique, le seul est unique carburant c’est l’argent.

Et le seul moyen de s’en procurer suffisamment c’est le pétrole.

L’Iran pensait avoir réglé ce problème avec l’accord de Vienne signé avec les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies — les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni — auxquels s’ajoute l’Allemagne), ainsi que l’Union européenne.

Cet accord-cadre a pour but de contrôler le programme nucléaire iranien et de faire lever les sanctions économiques qui touchaient le pays.

L’accord devait lever les sanctions financières et leur permettre d’enrichir de l’uranium, mais seulement a des fins non militaires.

Pensant avoir réussi leur stratégie surtout en signant avec l’Europe pour qui l’ouverture du marché iranien allait sauver leur économie chancelante.

Chasse le naturel

Chasse le naturel, il revient au galop.

Le financement a outrance des ennemis d’Israël et du monde occidental avec le financement du terrorisme international a inciter les États-Unis à se dégager de l’accord de Vienne et a réinstaurer les sanctions économiques.

Le mal a dit( la maladie) et la véritable intention de l’Iran s’est révélée.

Et la course à l’enrichissement de l’uranium s’est amplifiée.

Le peuple iranien, qui le principal otage des mollahs et la première atteinte par toutes les sanctions américaine, se révolte et la répression du gouvernement a été sanglante.

La mort de Soleimani a été le point de rupture entre la population et ses dirigeants.

Avec un slogan réaliste les iraniens défilent souvent dans le sang

Notre ennemi est en Iran pas aux Etats-Unis