En ligne avec Fernand Cohen-Tannoudji

Dès son retour en Israel, Benjamin Netanyahou a du se concentrer pour une crise majeure au sein de sa coalition.

Le budget doit être voté et chaque parti de la coalition essaye de tirer la couverture sur lui en faisant accepter ses revendications

En effet, les partis politiques religieux voulaient que les haredis ne soient pas obligés d’effectuer leur service militaire.

Toute la gauche, bien sur, n’attends que ce genre de problème pour essayer de faire chuter Bibi et l’obliger à démissionner en espérant pouvoir prendre sa place.

Agitation habituelle en Israel la veille d’un vote, ou tous les partis de la coalition menace le premier ministre afin d’obtenir du gouvernement le maximum de desiderata de ses électeurs.

Fernand Cohen-Tannoudji, le spécialiste des questions sociales au sein du Likoud, interviewé par des radios francophones nous donne son avis.

Cliquez ici : Interview Fernand Cohen-Tannoudji

IL a pris des risques en annonçant que rien ne se passerait, mais les évènements ont prouvé qu’il avait entièrement raison.

Il explique, sans diviser les membres de son parti son point de vue.

On devra compter sur Fernand Cohen-Tannoudji , qui s’annonce comme un futur responsable au sein de son parti. Crise qui risquait hier de faire éclater la coalition,.

Les partis religieux, le part Shas et les factions « judaïsme de la Thora » ont accepté de se rallier au gouvernement.

Reste les deux ministres, Moshe Kahlon et Avigdor Liberman qui ont aussi menacé Bibi de quitter son gouvernement.

Avigdor Liberman de Yisrael Beytenou semble lui aussi accepter de voter pour.

Moshe Kahlon du parti Koulanou devrait lui aussi se rallier au gouvernement.

L’armée et les Haredis

En Israel, 2 populations sont exemptées du service militaire, les Arabes et le Harédis.

Malgré que beaucoup ont intégrés par patriotisme dans les rangs de Tsahal, une grande majorité n’intègre pas l’armée.

On peut le comprendre pour les arabes, mais moins pour les Harédis.

Mais si on réfléchit un peu, on peut se rendre compte que pour les ultra-religieux, l’armée n’est pas très adapté.

La proximité entre soldats et soldates peut ne pas convenir a ces personnes, qui généralement marié très jeune, serait plus un fardeau qu’une aide militaire.

Donc on peut très bien comprendre le refus de l’armée de les intégrer.

Mais pour le jeu politique, il est normal que les partis politiques religieux demandent à ce que les harédis soient exemptés pour prouver à leurs électeurs qu’ils font leur travail.

Et les non religieux, du parti de Avigdor Liberman demandent a ceux que, tous les israéliens même les religieux, fassent l’armée. Bien sur encore une foi pour satisfaire leurs électeurs.

Mais ne nous leurrons pas, rien ne va changer, ce ne sont que des intrigues politiques et Bibi gardera son gouvernement

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.