Le secret de l’instruction en Israël

Le secret de l’instruction en Israël n’existe pas et ça me gène dans ma perception de la justice.

Il y a aujourd’hui deux évidences qui s’opposent, la lenteur de la justice et la rapidité de l’information.

La rapidité de l’information

Avec une information, à l’heure d’Internet, qui est complètement débridée, et qui par course au scoop, manque souvent de rigueur.

Avec les réseaux sociaux et la facilité de la propagation des images avec nos téléphones, L’information devient instantanée.

Malheureusement ceux qui diffusent ne sont pas de vrais journalistes.

Et les images sont facilement orientées ou détournées.

Et les vrais journalistes ne deviennent que les commentateurs ou déméleurs d’infos.

Ce qui peut entrainer des erreurs de jugements qui peuvent être catastrophique pour la vérité.

Deux cas récents amplifiés par Internet

Deux cas ou le secret de l’instruction n’a pas eu le temps d’être violé car les coupables sont déjà condamnés par l’opinion publique.

Aux États-Unis, après la mort filmée de Georges Floyd, un homme noir tué par un policier blanc.

Image symbole du racisme américaine est vite monté en épingle, par les réseaux sociaux, et l’Amérique s’est embrasée.

Le policier mérite d’être condamné, mais je ne connais pas la version exacte des faits, mais pour moi il est coupable.

La Vox populi a donné sa sentence.

En Israël, un citoyen arabe et autiste s’est fait tiré dessus par la police israélienne et il est mort.

Version propagé dans les réseaux sociaux arabes, et bien sur amplifié par les politiques palestiniens qui crient au crime raciste par un état apartheid.

Et qui veut de surplus attirer l’attention du monde et des pays arabes sur la violence des israéliens sur les palestiniens.

Tous les palestiniens, surtout des jeunes, manifestent violemment, à Gaza comme dans les territoires.

La vox populi palestinienne a déjà été jugé sous l’influence des réseaux sociaux.

Par contre en Israël, habitués a être attaqués tous les jours par des palestiniens.

Tirer sur un palestinien “armé”qui s’enfuit est un acte malheureusement banal, la Vox populi israélienne est silencieuse.

Même cause mais effets différents, ou est la justice?

La justice est dépendante des médias

En laissant volontairement fuiter des informations, la justice n’est plus sereine.

Juger en son âme et conscience, dépendante du secret de l’instruction, est impossible.

La justice israélienne ne tient pas son vrai rôle. 98% des accusés sont condamnés.

Par contre, les peines sont très légères car la justice est consciente de son manque d’intégrité.

Le secret de l’instruction en Israël

Cela n’existe pas. Les accusations émises sur Benjamin en sont la preuve évidente.

Les journaux, généralement dans l’opposition, ont condamné d’office notre premier ministre

Jusqu’à qu’un jeune émule de Igal Amir, qui a assassiné Ytshak Rabin, a projeté d’assassiner Bibi.

Pour un jugement intègre, le secret d’instruction doit être bien gardé.

C’est la condition sinequanone pour avoir une justice efficace.