Le pari va être gagné avec Gaza

Après 7 mois de manifestations et un trentième vendredi consécutif, ce vendredi a été le plus calme pour l’armée israélienne.

Quelques 10.000 personnes étaient rassemblées, avec pour la première fois ordre de ne pas s’approcher de la barrière de sécurité.

Malgré ça, quelques énergumènes ont essayé de franchir la barrière.

Il n’y a eu qu’un mort, côté palestinien.

La situation cette semaine

Pour commencer à apaiser les gazaoui, les israéliens ont autorisé  le Qatar à faire entrer à Gaza, 3 valises remplies de 90 millions de dollars, pour payer les fonctionnaires  que Mahmoud Abbas refusaient de payer.

Les Gazaoui vont toucher 100 dollars par personnes. Une somme très importante pour eux.

Les salaires pourront être payé pendant une période de 6 mois.

Sous la pression de Abdel Fatah Al Sissi, lors d’une visite officielle à Charm el-Cheikh, en Égypte, Mahmoud Abbas a accepter que le Hamas signe un accord avec Israel.

Un accord en 2 étapes

La première étapes commencera dans 15 jours Le hamas s’engage à restreindre les violences lors des émeutes hebdomadaires de la « Marche du Retour ».

 

Israel s’engage à accorder 5.000 permis de travail aux Gazaouis.

L’Égypte  lèvera 70% du siège imposé à Gaza jusqu’à la fin des émeutes.

La deuxième étape, dans 6 mois ou le Hamas devra respecter l’accord de cessez-le-feu qui a mis fin à la guerre de Gaza de l’été 2014

Bibi avait raison de ne pas intervenir militairement

En effet, Israel est revenu à la situation précédente, cette fois ci, sans risquer la vie de nos soldats et sans renter en guerre avec Gaza.

En effet, il est très facile de commencer une guerre, mais il est beaucoup plus difficile de l’arrêter proprement.

En sachant que l’Iran ne cherche que cette occasion pour créer un nouveau front avec la complicité du Hezbollah, dans le nord du Pays

La vie de nos Hayalim a beaucoup plus de valeur que n’importe quel accord, en sachant très bien que la Paix avec Gaza est complètement impossible aujourd’hui.

Car les véritables causes de la guerre, c’est les conflits entre le Hamas et le Fatah qui empêchent toute solution à ce conflit.

Il faut remercier Bibi et le ministre de la défense Avigdor Liberman, qui ont su ne pas tomber dans la facilité guerrière et de jouer la carte de la Paix et de la vie de nos soldats

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.