Le nouveau Kippour

Le nouveau Kippour, celui de 5781 ou de 2020 est comme un retour aux sources, le début du dévoilement de la Thora originelle.

Je veux parler du nouveau Kippour en Israel, pas du Kippour de la Galout qui ne changera pas.

Depuis quand existe la synagogue

La Thora a été donnée à Moise le 14 nissan 2555 du calendrier juif (année approximativement tunisienne) soir approximativement 1206 avant notre ère.

Hachem avait ordonné « Vous irez l’invoquer uniquement à l’endroit que Dieu aura adopté pour y attacher son nom, dans ce lieu de Sa résidence »

Ainsi, Hachem avait  prescrit la construction du Tabernacle de Moïse dans le désert. David le déplace à Jérusalem et Salomon y construit le superbe « Temple ».

Il n’y avait aucun rituel de prière, juste des sacrifices, jusqu’à la destruction du premier Temple en -587.

Selon Maïmonide, les juifs avait recourt à des prières individuelles sans règles précises.

Les prières quotidiennes régulières dont débutés après l’exile de Babylone, car il n’y avait plus d Temple.

La prière se développe en Galout et sont figés en trois prières quotidiennes.

Synagogue vient du grec “sunago” qui veut dire se rassembler.

Les premières synagogues sont trouvées entre -400 à -200 de l’ère vulgaire.

Après la destruction du premier Temple, les prières se pratiquaient personnellement ou réunis en petit comité

Que s’est il passé en Israel aujourd’hui

Pour ce nouveau Kippour, nous sommes retournés aux premières pratiques, c’est à dire dans des lieux privés ou dans les jardins.

Quelques nostalgiques de la Galout se sont réunis encore dans des synagogues

Je vais vous parler de mon cas personnel.

En France, les prières de Kippour à Paris, je les ai fait à l’hôtel Moderne, au Bataclan dans ma jeunesse et aux Salons Hoche avant mon Alyah.

Quand j’ai commencé a habiter à Saint-Brice, il n’y avait pas de synagogue et nous faisions Kippour dans une maison privée.

Nous étions en petit comité par rapport à Sarcelles qui était très proche.

Fanfan Sitruk, pour ne pas le nommer, et surtout pour le remercier faisait les prières chez lui.

Et tout se finissait familialement par une séoudat sympathique avec Orgeat, citronnade croquant et boulou fait maison.

Le nouveau Kippour d’aujourd’hui en Israel

Comme au temps biblique et comme ce nouveau Kippour que j’ai vécu hier.

Je l’ai passé chez mon cousin, le Rav Moshe Chamla avec comme officiant David Chemouny.

Avec 12 hommes (pas en colère) mais heureux et quelques femmes.

Minha, la veille, Chaharit, Moussaf, Sieste, Minha, Nehila, Arbit et Birkat levana, la totale, le Bonheur.

Et j’ai eu les commentaires d’amis qui avait passé Kippour dans des jardins privés ou des places publiques.

Et ce qui m’a été mentionné, sans mehitsa qui séparaient les hommes des femmes.

Et naturellement les femmes étaient séparées des hommes bien sur.

Comme dans les premières synagogues qui n’avaient pas cette séparation imposée par la suite.

Et sans oublier les personnes qui ont prié chez eux en famille, le pur Bonheur

Nous sommes revenus en terre d’Israël comme au temps biblique.

Nous préparons l’arrivée de Mashiah.