Le changement vu de la France

Le changement vu de la France, notamment du point de vue d’Eric Zemmour, sur le gouvernement israélien, est discutable.

Eric Zemmour est un intellectuel français, d’abord, originaire d’Algérie et de religion juive.

La vision gauchiste de ce changement en Israël,   est la même que la vision d’extrême droite nationaliste en France.

De toute façon, ce gouvernement est vu comme une coalition éclectique composé dans ses extrêmes de partis nationalistes juifs comme d’islamistes radicaux.

Ce point de vue est seulement critique envers Israel, c’est ce que le peuple français préfère écouter.

Pas de changement dans le système électoral israélien.

A cet égard, c’est du « pain béni » pour Eric Zemmour, amoureux de la cinquième république.

En comparant le système électoral d’Israël à celui de la quatrième république française,  Zemmour met cette critique en avant.

Personnellement je ne suis pas un fan du système électoral israélien qui mérite quelques changements.

Mais quelle fierté de voir toutes ces minorités fêter le changement de gouvernement avec autant de ferveur.

Spectacle que tous les pays de la région rêvent de voir un jour chez eux.

Quelle fierté de voir mon pays se mobiliser avec la même ardeur pour quatre élections en deux ans et pour ce changement qu’il a tant espéré.

Le pays a été divisé en deux pendant cette période pour arriver aujourd’hui a ce nouveau gouvernement voulu par 50% des électeurs.

Que dire du système électoral français qui intronise son président avec seulement 25% pour et  75% contre.

A vous de juger.

La géopolitique du gouvernement Bennett

Pour Zemmour ce changement amène à un gouvernement dont l’échec est certain:

Soit il continue la politique de Netanyahou envers ses voisins arabes et dans ce cas c’est sa majorité qui explose.

Soit il fait un compromis pour unir sa coalition et là c’est le pays qui explose.

Analyse simpliste si on ne vit pas la réalité israélienne.

De sorte que le cadeau empoisonné de Bibi qui a autorisé la marche des drapeaux quelques jours après sa défaite, va unir la peuple d’Israël face au hamas.

Omer Bar-Lev, du parti travailliste, donc de Gauche, ministre de la Sécurité intérieure a confirmé cette marche.

L’idée a été de faire qu’un ministre de Gauche soit contre cette marche et commence à se mettre Israel à dos.

Première épreuve pour ce gouvernement du changement.

Effectivement, le hamas  joue avec le feu et menace de reprendre ses bombardements si Israël ne revient pas en arrière.

Il teste un gouvernement qui se dit de changement et qui se doit de ne rien changer.

Finalement, réponse ce soir, après la marche des drapeaux.

Am Israel Hai