L’après Syrie

Notre président Emmanuel Macron a prophétisé la fin de Daesh en Syrie pour le mois de février, je ne sais pas si il a oublié de préciser l’année

Admettons qu’il ne se trompe pas , que va devenir la Syrie et l’après Syrie

[vc_row][vc_column][vc_video link= »https://youtu.be/sErSpF6Dug0″ rel= »no »][/vc_column][/vc_row]

Actuellement l’Iran et la Russie sont intervenus sur place pour vaincre le « terrorisme » et stabiliser le pays

Mais ce ne sont pas des interventions gratuites

La présence provisoire de Bachar el Assad est indiscutable, surtout pour éviter le chaos comme en Irak, avec l’élimination de Saddam Hussein et la Libye avec celle de Khadafi

L’Iran veut augmenter sa zone d’influence Chiite, comme elle l’a fait au Liban avec le hezbollah et comme elle essaye au Yémen et s’approcher d’Israël pour pouvoir l’attaquer ou en tout cas le menacer

[vc_row][vc_column][vc_widget_sidebar sidebar_id= »blog »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Les Russes, avec Vladimir Poutine, veulent prendre la place laissé par les américains sous la présidence Obama et avoir un accès portuaire à la Méditerranée et un accès pour son gaz

Il ne faut pas oublier Israel, qui a une frontière avec la Syrie et qui ne veut pas de menace Iranienne qui risque de ce nucléariser rapidement

L’Iran est pris entre  feux, les Russes qui ne comptent pas laisser l’Iran maitre de la région et Israel qui ne veut pas le voir a ses côtés

Bachar, hypocrite sans états d’âmes, veut faire rentrer la Turquie dans ce jeu et lui octroie des contrats au dépend de l’Iran

Il ne faut pas oublier les États-Unis qui se mettent d’accords avec la Russie contre l’Iran

Et Poutine, qui préfère la démocratie israélienne avec beaucoup de russes au gouvernement que la théocratie extrémiste iranienne

Il a déjà annoncé le retrait de ses troupes au sol en Syrie pour laisser le champs libre aux israéliens qui commencent à détruire les bases militaires israéliennes ( bombardement de la base iranienne au sud de Damas) le  2 décembre.

L’oublié dans l’histoire est la cause palestinienne, qui n’existait que pour faire pression sur Israel.

Le coup de pied dans cette fourmilière a été la déclaration de Trump sur Jérusalem, capitale d’Israël.

Les dés sont jetés, les camps vont devoir se former.

Trump a annoncé que tous les états qui seraient contre lui perdraient leurs subventions américaines.

Des voix se font entendre dans le monde sunnites, surtout en Arabie Saoudite pour dédiaboliser Israel, qui serait leur premier allié contre l’Iran et son expansionnisme.

Abbas fait feu de tous bois pour essayer de remettre la cause palestinienne au premier plan.

La décision ce soir de l’ONU va éclaircir les positions.

Les pays arabes vont voter contre pour continuer a tuer chez eux sans condamnation et l’Europe va voter aussi contre car ils sont soumis au monde islamique

De toute façon, quel que soit le résultat du vote, Israel aura toujours Jérusalem comme capitale et la monde va en prendre conscience aujourd’hui.

Et la France de Macron « bisounours » va se sacrifier pour déminer la Syrie et « faire la paix » dans la région.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.