L’an prochain à Jérusalem

L’an prochain à Jérusalem, cette supplication que nous formulons tous les ans pendant Pessah, nous allons encore l’implorer.

L’année dernière , à la même époque, j’avais écrit ” Je ne veux plus dire : L’an prochain à Jérusalem” Le 22 avril 2019 exactement

Mais ce n’était qu’un vœu pieu, car nous étions tous à Jérusalem.

Mais cette année, mon souhait s’est réalisé, mais pas comme mon cœur le demandait.

Que se passe-t-il ?

Aujourd’hui, j’habite en Israel et je n’ai pas le droit d’aller à Jérusalem embrasser le Kotel.

Le lieu le plus saint du Judaïsme.

Les Juifs, comme les croyants du monde entier, ne peuvent aller en Israel.

Tout simplement plus d’avions.

Nous avons les avions, le kérosène, les pilotes, les hôtesses, l’argent pour voyager.

Les pistes atterrissages sont praticables.

L’air est pur, il n’y a pas de volcans qui déversent des particules dans le ciel.

Rien d’autre que l’infiniment petit virus qui nous contamine.

Téléchargez l’application sarfatit sur votre téléphone

 

Cliquez sur l’icone correspondant à votre téléphone

Quoi d’autre ?

On a commencé par me demander de ne plus embrasser les mezouzot.

Au début, je ne me suis pas méfié.

Après on m’a ensuite dit de ne pas embrasser le Sefer-Thora à la synagogue.

C’est un gag !

Après , on a continué a me demander de ne plus aller à la synagogue pour Shabbat.

Et après de ne plus aller à la synagogue tous les jours.

La c’est du délire….

Ce n’est pas fini

La punition n’est pas finie

La ville religieuse de Bne Braq près de Tel-Aviv, mise en quarantaine.

Le quartier de Mea Chéarim, qui a traversé des siècles, sous occupation antisémite est lui aussi mis en quarantaine.

Ça c’est pour les très religieux.

Mais moi, le simple Juif.

Pour moi, fini la grande table festive du Seder.

La Table ou toute la famille, dans le sens le plus large du terme, doit se réduire dans le sens le plus étroit du terme.

Je me souviens d’un Seder, dans les année 70, ou nous nous étions réuni, plusieurs familles du même quartier pour un Seder communautaire.

Un Seder mémorable.

Là, je tombe sur la tête

Ce Seder va surement être aussi mémorable.

J’espère simplement que ce ne sera pas Le Dernier Seder.

Certains rabbins nous suggèrent et nous autorisent à passer ce Seder en famille par téléphone interposé.

Suis-je encore un Juif.

Il n’est absolument pas question de renier ou de rejeter mes convictions profondes.

Je suis , et je resterai un Juif, je ne reviendrais jamais sur cette conviction “génétique”

Je n’ai pas été “Esclave” en Galout pendant 2000 ans, pour renier ma judaïcité.

Pourquoi avoir subi l’humiliation, le bucher, les pogroms, la Shoah pour baisser les bras aujourd’hui.

Mon identité juive est malmenée, je me pose beaucoup de questions.

Une dernière question qui me travaille.

Pourquoi c’est les Juifs les plus religieux, en Israel, aux États-Unis, en France et partout dans le monde.

Pourquoi ce sont les Juifs religieux qui payent le plus lourd tribut.

Rien ne sera comme avant.

Je ne veux plus dire “L’an prochain à Jérusalem”

Je veux chanter “We want Mashiah now”