La vie reprend son cours normal

La vie reprend son cours normal, israéliens juifs comme arabes, continuent à vivre comme s’il ne s’était rien passé.

De ma fenêtre j’entends des ouvriers parler en arabe, des voisins parler en russe ou en hébreu et surtout les oiseaux chanter.

A la koupat holim, tous les pharmaciens sont des arabes et rigolent comme d’habitude avec leurs clients juifs.

En Israël, toutes les traces du conflit sont effacées et la vie reprend le dessus.

Seuls les extrémistes des deux camps restent sur leurs gardes et attendent le prochain round.

La vie à Gaza

Je ne pense pas que le ressenti soit le même parmi les palestiniens de Gaza.

Tout d’abord parce que les traces de bombardements sont visibles et le déblaiement va être très long.

Pour ceux qui ont encore leur maison, l’eau ou l’électricité sont des services de luxe et sont très rares.

Beaucoup de terroristes sont disparus et personne ne sait ou ils sont.

Seul les denrées alimentaires sont présentes mais il n’y a pas d’argent pour les acheter.

La vie est devenue impossible pour beaucoup de gazaouis.

Les chefs du hamas qui s’étaient cachés pendant tout le conflit commencent à réapparaitre en criant victoire.

Ismaël Haniyeh parade dans les rues du Qatar en arborant un large sourire et en brandissant le V de la victoire.

La vie est normale pour les habitants de Gaza, soumis malgré eux, à la pression du hamas.

Comment vont vivre les gazaouis.

Les pères de famille ne vont rêver que de pouvoir retourner travailler en Israël pour pouvoir retrouver une vie normale et nourrir leur famille.

Quant au hamas, ils va profiter du  manque d’avenir de la jeunesse pour les enrôler et en faire de la chair à canon en vue de la prochaine confrontation.

Ces mêmes chefs du hamas, fiers d’être toujours en vie, recommencent leurs menaces.

Il n’est pas question que les israéliens surveillent les prochains approvisionnement en ciment ou en fer par exemple ou même  l’argent obtenu.

Le pillage systématique de l’aide humanitaire doit continuer sans aucune limite.

Ils menacent même de tirer des missiles en cas d’ingérence israélienne.

C’est comme ça que les dirigeants palestiniens vivent, pour s’enrichir encore plus et préparer la prochaine guerre.

C’est comme ça que le peuple de Gaza survit en silence sous la pression militaire du hamas.

La vie reprend son cours normal, Gaza continue à vivre comme s’il ne s’était rien passé.

Seul le mot « vie » n’a pas le même sens dans les deux camps