Je suis fier de la démocratie israélienne

La démocratie israélienne est la seule démocratie du Moyen-Orient, et j’en suis fier.

En cette veille d’élection israélienne, je me pose comme beaucoup d’entre nous des questions sur la politique israélienne qui est bien différente de la politique française.

J’ai la chance de côtoyer plusieurs leaders politiques israéliens pour juger par moi-même et essayer de vous transmettre mes sensations.

La démocratie israélienne

Comme beaucoup d’entre nous, je suis dérangé par toutes les actions judiciaires contre les politiques en Israel.

Je suis aussi dérangé quand on me parle des présidents ou premiers ministres israéliens qui ont été en prison.

De mon entrevue avec Avigdor Lieberman cette semaine, il m’a dit qu’il avait été aussi obligé de démissionner afin de prouver son innocence et pouvoir réintégrer son ministère après.

Et pourquoi cet acharnement judiciaire quotidien contre Benjamin Netanyahou.

Toujours d’après Avigdor Lieberman, la démission d’un ministre ne change rien à la vie politique israélienne, et sa réintégration peut se faire tout simplement.

Tandis que la démission d’un Premier Ministre est lourd de conséquences et sa réintégration en cas d’innocence est impossible.

La démission récente de Haim Katz, Ministre israélien du Travail et des Affaires pour corruption en est le dernier épisode.

[su_youtube_advanced url= »https://youtu.be/vKVLj7VOkG4″ rel= »no » theme= »light »]

Les règles de la démocratie

La spécificité israélienne, qui en est à la fois sa force et sa faiblesse, c’est l’excès dans tous les domaines et la démocratie n’échappe pas à cet excès.

Je dis toujours que le principal ennemi de la démocratie, c’est la démocratie.

Et le cas de la démocratie israélienne en est l’exemple le plus flagrant.

Dans aucun pays démocrate, les dirigeants sont attaqués et emprisonnés.

Seul les États-Unis ont montrés l’exemple avec le cas Nixon et ses écoutes illégales

Aujourd’hui, les démocrates américains veulent absolument trouver un sujet d’inculpation pour Donald Trump pour le faire démissionner.

En France, tous les derniers présidents auraient pu paraitre en justice, mais pour l’image positive de la France rien n’a été fait.

François Mitterrand comme Jacques Chirac ont évités toute inculpation, Les attaques contre Nicolas Sarkozy continuent encore.

Je suis triste et fier de la démocratie israélienne.

Aujourd’hui, malheureusement, les attaques systématiques de l’opposition contre les chefs de partis au pouvoir sont devenues un moyen d’expression politique.

En Israel, pays de l’excès, ce moyen est employé plus que partout ailleurs, au dépends d’un échange d’idée constructif.

Au lieu que les politiques débattent de l’économie, du social ou de la sécurité, le débat se focalise sur « le pour ou contre Netanyahou ».

Et cette étroitesse de débat me rend triste.

Mais je reste fier qu’Israël montre un exemple de démocratie entière à la face du Monde.

Même si je sais que ses ennemis vont se servir de ces défauts pour la critiquer encore plus notre pays.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.