J’accuse a 120 ans

Le 13 janvier 1898, le J’accuse d’Emile Zola en première page du quotidien « L’Aurore ».

La France, était déjà antisémite, Les choses ont elles changés 120 ans après.

En France, en tue encore des personnes car elles sont juives. Avant hier une épicerie juive a été brulée a Créteil,et hier, une jeune fille juive s’est faite défigurée.

Aujourd’hui encore, J’ACCUSE la France d’être antisémite.

Monsieur MACRON, j’accuse votre gouvernement de ne rien faire contre l’antisémitisme.

Vous vous préparez à présider au solennel triomphe de notre Exposition Universelle, qui couronnera notre grand siècle de travail, de vérité et de liberté. Mais quelle tache de boue sur votre nom – j’allais dire sur votre règne – que cette abominable affaire Dreyfus ! Un conseil de guerre vient, par ordre, d’oser acquitter un Esterhazy, soufflet suprême à toute vérité, à toute justice. Et c’est fini, la France a sur la joue cette souillure, l’histoire écrira que c’est sous votre présidence qu’un tel crime social a pu être commis. Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire, si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice.

Malgré l’accord de votre premier ministre, les pamphlets antisémites de Céline n’ont pas été publiés.

Un député français peut sans état d’âmes, accuser la Thora d’incitation au meurtre et au crime sans que l’assemblée ne trouve rien a redire. Tout simplement pour justifier les attentats islamistes.

[vc_row][vc_column][vc_video link= »https://youtu.be/2qiYZIfsGK0″ rel= »no »][/vc_column][/vc_row]

Monsieur MACRON, j’ACCUSE la France d’avoir vendue son âme. au diable.

En soutenant l’Iran avec ses essais atomiques.

Monsieur MACRON, j’ACCUSE la France d’avoir vendue son âme. au diable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.