Israel champion… mais

Israel champion… mais, il y a et il y aura toujours un “mais”, la France ne peut encenser Israel sans émettre un élément négatif pour justifier les limites de son admiration.

Il est un fait établi, mais non avouable, sous peine d’islamophobie, que la politique française est polluée aujourd’hui par le vote communautaire des musulmans de France.

Chaque parti politique s’emploie à ne pas radicaliser sa politique, pour ne pas blesser son électorat musulman.

L’amendement Zemmour, proposé par le député M’jib El Guerreb, pour empêcher Eric Zemmour de passer à la télévision a été, heureusement, rejeté.

La loi contre le séparatisme est actuellement un des sujets principaux débattus à l’Assemblée Nationale.

Loi voulant régir la relation entre les religions et la République.

Mais en fait, la seule religion qui pose un problème est l’Islam.

« Notre pays est malade d’un séparatisme, dont le premier d’entre eux, l’islamisme, gangrène notre unité nationale », a déclaré le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. « Il faut savoir nommer la maladie, il faut trouver les médicaments »

Cette loi, qui est déjà combattue par plus de 2650 amendements, a maintenant été rebaptisée « loi renforçant la laïcité »

La France et Israel

La France qui a un gros problème existentiel, face à sa population musulmane, est obligée de ne pas être trop admirative de la manière dont Israel gère la pandémie.

En effet, tous les journaux de l’hexagone plébiscitent la façon dont Israel gère la crise du Covid-19.

Mais il est évident qu’il y aura toujours un”mais” pour minimiser la différence de traitement de la crise par Israel et excuser les déficiences françaises.

Israel, peuple élu, par le Monde.

La notion de peuple élu définie par la Bible est en train d’être redéfinie par l’opinion mondiale.

En effet, pour la lutte contre la pandémie, Israel, avec son système de santé aux informations centralisées est capable d’analyser immédiatement toutes les données liées à la vaccination.

Ces information sont mises à la disposition de Pfizer pour analyser l’efficacité de son vaccin.

Elles sont aussi mises gracieusement à la disposition de tous les laboratoires du Monde par Israel, pour aider à lutter contre la pandémie.

Objection vigoureuse de la France pour qui la protection des informations passe avant la protection de l’individu.

Il est impossible en France de diffuser des informations concernant sa population.

Deuxième “mais” que les antisionistes français mettent en avant, c’est la vaccination des palestiniens.

Des prisonniers d’abord, puis de la population ensuite.

Dans tous les journaux français, Israel est accusé de ne pas fournir de vaccins aux palestiniens.

Mais il faut savoir que depuis les accords d’Oslo, les palestiniens ont demandé et sont responsables de la santé de leur population.

Donc ce n’est pas à Israel à leur fournir des doses de vaccins. Ils attendent le vaccin russe “Spoutnik” qui est aussi très efficace.

Mais, deuxième reproche

Le deuxième reproche fait à Israel est de ne pas vouloir vacciner les prisonniers palestiniens.

Il est normal qu’Israël cherche à protéger sa population par ordre de personnes à risque.

Les plus de 65 ans en premier, puis les plus de 50 ans et de 40 ans jusqu’aux jeunes maintenant

Il est normal que les terroristes qui ne sont pas israéliens dans les prisons viennent après.

Mais que va faire le gouvernement français envers les prisonniers français islamistes.

Va-t-il les vacciner avant les français honnêtes et libres, va-t-il les vacciner avant tout le monde?

C’est la question qu’il faut se poser.

Mais l’antisémitisme est plus fort que la morale française.