Your search results

Intérêts négatifs sur les dépots en Euros

AVOCAT EN ISRAEL: UN ROLE D’ASSISTANCE, DE CONSEIL ET DE DEFENSE.

Maître Aimé Tangy, Avocat et Notaire, met à notre disposition un fiscaliste pour nous aider dans nos demarches.

LES BANQUES ISRAELIENNES VEULENT FAIRE PAYER A LEURS CLIENTS DES INTERETS SUR L’ARGENT MIS EN DEPOT ?

PAR ME TANGY A.H AVOCAT et NOTAIRE

Les banques internationales commencent à facturer des intérêts négatifs sur les dépôts en Euros de leurs clients.

Au mois de Juin 2014 la BCE a décidé d’appliquer un taux d’intérêts négatif sur les dépôts que les banques effectuent auprès d’elle.

Le but de cette nouvelle mesure :

Son but est de dissuader les banques de placer leurs liquidités et de les inciter à consentir des prêts pour favoriser l’investissement des PME et des ménages et de créer ainsi un climat favorable à booster une croissance économique qui se fait attendre.

Il ressort de cette position de la BCE que les banques non seulement ne sont plus rémunérées lorsqu’elles font des dépôts mais sont au contraire pénalisées puisqu’elles doivent s’acquitter de ces nouveaux intérêts mis en place.

Cette mesure entre dans un cadre de diminution des taux d’intérêts pratiqués par les banques favorisant l’emprunt, lorsque l’intérêt est nul, l’abaissement général des taux en amont, entraine pour ceux-ci un intérêt négatif.

Les conséquences de cette nouvelle mesure :

Les taux ont varié à la baisse depuis la mise en place de cette mesure et certaines banques ont été amenées à répercuter sur leurs clients le coût de ces dépôts faits auprès de la BCE.

Le résultat est qu’au lieu de rémunérer les comptes très important les clients détenteurs de ces comptes se voient pénalisés et doivent régler des agios.

Ce sont les Banques Américaines qui ont commencé à ainsi pénaliser les comptes de dépôts de leurs très gros clients et à appliquer des intérêts négatifs sur des encours positifs.

Outre les Banques Américaines, le Crédit Suisse qui pour sa part n’a pas encore appliqué cette mesure a averti ses clients qu’elle sera très certainement amenée à répercuter sur les comptes les intérêts négatifs en Euros.

Ce sont bien sûr les sociétés dotées de très gros comptes de dépôts (sociétés de placement, fonds mutuels…) qui sont visées pour l’instant par ces mesures. Il faudra pour ces dernières trouver d’autres sources de placement et peut-être seront-elles amenées à investir dans des placements plus risqués.

Cette mesure serait la conséquence de la stagnation de l’économie Européenne due à la frilosité des entreprises et des ménages qui rechignent à investir et ont tendance à trésorier des sommes importantes dans les banques.

Les perspectives face à cette nouvelle mesure :

Cette nouvelle option de la BCE serait selon la presse non ponctuelle mais devrait s’installer dans la durée.

De même afin de dissuader les banques d’inciter leurs clients à effectuer des dépôts, la nouvelle règlementation bancaire les oblige à détenir en garantie plus de capitaux que les fonds qu’elles conservent, alors que ces fonds de garantie ne sont rémunérés qu’à un taux d’intérêts très faible. De ce fait les banques ne sont que peu intéressées à favoriser le dépôt de fonds.

Face à cette nouvelle option de la BCE il semble que de gros clients aient déjà commencé à déplacer leurs avoirs vers des banques qui ne facturent pas encore d’intérêts négatifs sur les dépôts en Euros, d’autre choisissent d’autres projets d’investissement.

Il s’agit pour l’instant de mesures ne visant que peu de clients mais une brèche s’est ouverte et il convient d’être vigilent et suivre l’évolution de ces mesures dans l’avenir.

Les épargnants de moyenne importance ont d’ores et déjà intérêt à rechercher les opportunités qui peuvent s’offrir à eux pour diminuer les fonds qui peuvent être placés et ainsi anticiper des prises de positions qui doivent se faire en toute sérénité et rechercher un équilibre entre la rentabilité et le risque. L’investissement immobilier est aujourd’hui une des voies qui répond le mieux à ces critères.

** Cet article ne peut être assimilé à une consultation et ne doit être entendu que comme une source d’information générale.

© Copyright 2016 A. TANGY. cliquez ici

Commentaires Facebook