Your search results

Importations en Israel

LES IMPORTATIONS EN ISRAEL

PAR ME TANGY A.H AVOCAT et NOTAIRE

Israel, pays d’immigration par excellence a vocation à recevoir nombres de nouveaux résidents venus d’horizons très différents, chacun apportant ses habitudes, ses coutumes et son mode de vie et désirant retrouver les produits le reliant à ses origines.

Les Israéliens eux-mêmes curieux de nature, aimant la nouveauté et entreprenants appréhendent vite les opportunités offertes par le marché.

La conjonction de ces deux phénomènes fait d’Israel un pays très ouvert à toutes les innovations et qui favorise les importations par une législation relevant d’un régime libéral et dont la tendance va dans un sens de réduction progressive des tarifs douaniers.

LES IMPORTATIONS

Quelles sont les principales règles pour pouvoir réaliser des importations.

Décider d’importer un produit est un acte qui suppose un engagement financier important. Une étude du marché potentiel (Israel est un petit marché) et la faisabilité du projet doivent être prises en compte et il est nécessaire de s’entourer des conseils des spécialistes pour mettre en place les structures juridiques et techniques permettant de mener à bien un tel projet.

Quelles sont les démarches ?

Les autorisations d’importations doivent être demandées aux différents ministères concernés par la nature même des marchandises.

Pour les produits manufacturés.

Les permis sont accordés par le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’emploi.

Les marchandises doivent respecter les normes édictées par le dit ministère. Les marchandises industrialisées sont soumises à des tests avant de pouvoir être importées (service du Mahon Hatkanim) et reçoivent une homologation.

Des contrôles et essais sont faits également après l’importation des produits pour vérifier qu’ils correspondent au cahier des charges qui avait été accepté.

Les produits importés doivent satisfaire aux normes de sécurité, de santé publique et de respect de l’environnement tels que définis par les autorités gouvernementales. Certains produits peuvent être homologués dans certains pays et ne pas correspondre aux normes dans d’autres.

Pour importer certains produits il faut en plus l’accord du ministère de la santé notamment pour les produits pharmaceutiques et les cosmétiques. L’importation des parfums est plus simple.

Pour les produits agroalimentaires :

Ceux-ci doivent être soumis à l’approbation du ministère de l’agriculture et de la santé.

Concernant les produits alimentaires il est fortement conseillé de les soumettre au contrôle administratif qui s’occupe de la Cashrout, en effet la quasi-totalité du marché de l’alimentation est ‘’Casher’’. Il en est pour ces produits comme pour les produits manufacturés un produit peut être considéré comme Casher dans un pays mais ne pas correspondre aux critères exigés en Israel. Le marché non casher est réduit mais possible et serait en progression.

L’étiquetage des produits est très règlementé et contrôlé en Israel et le descriptif des produits doit être le plus complet possible. Il faut que tout soit mentionné en Hébreu (origine, fabricant…) l’étiquetage d’origine ne suffit pas.

Il existe des accords de libre-échange entre Israel et l’ Union Européenne qui suppriment les droits de douane pour bon nombre de produits qui doivent impérativement avoir une origine Européenne. D’autres accords bilatéraux ont été signés avec plusieurs pays.

En conclusion :

il convient de bien étudier en concertation avec les spécialistes les conséquences financières des droits à payer sur le prix du produit afin de savoir quelle sera sa compétitivité au regard du marché potentiel.

** Cet article ne peut être assimilé à une consultation et ne doit être entendu que comme une source d’information générale

© Copyright 2016 A. TANGY.         cliquez ici

Commentaires Facebook