Hébron, deuxième ville sainte d’Israël

Hébron, deuxième ville sainte d’Israël après Jérusalem.

La disparition de Jacques Kupfer, m’a fait réfléchir. Pourquoi la marche des drapeaux à Hébron ?

Que représente Hébron dans le judaïsme ?

J’ai visité plusieurs fois Hébron, avec “Israel Is Forever” et une fois seul, sans aucune protection et j’ai pu en mesurer l’atmosphère.

Avec “Israel Is Forever” nous étions plus de 1000 personnes avec autant de drapeaux, de la musique, des discours et l’armée qui nous protégeait.

Nous étions pratiquement tous francophones et l’ambiance était plus kermesse et la majorité des manifestant étaient surtout venus faire un Tiyoul.

Ma visite privée était plus “opération kamikaze”, j’étais avec deux allumés, Marco Elfassy et Nicholson ALcendor et un photographe Gérard Garçon.

Que représente Hébron dans le judaïsme ?

La terre d’Israël fut promise à Abraham par Hachem. Sa femme Sarah mourut à Hébron et Abraham y acheta un terrain pour l’enterrer, elle et tous ses descendants.

Cet achat fut le premier acte de propriété des juifs sur notre terre.

Sarah fut enterrée dans la Grotte de Mahpela près de Adam et Eve. Abraham avait senti une odeur du Gan Eden.

Hébron est entourée de 4 collines et 4 couples de patriarches y sont enterrés.

La détermination d’Abraham d’acheter ce terrain et de son prix, 400 sigles d’argent, est motivée par la prophétie selon laquelle un jour, on viendrait à contester auprès de ses descendants la propriété de ces lieux.

Le Roi David y régna pendant 7 ans avant de choisir Jérusalem comme siège de la royauté.

Hébron est donc la deuxième ville la plus sainte du judaïsme, après Jérusalem.

En 638, pendant la conquête des musulmans, la grotte fut transformée en mosquée et pendant les croisades elle devient une église.

Durant toutes ces périodes, les juifs ne peuvent se rendre dans ce bâtiment.

Après l’époque byzantine, les juifs retournent à Hébron et leur présence se poursuivit avec la créations de yéchivot.

Le pogrom de 1929

En aout 1929, le mufti de Jérusalem, Mohammed Amin al-Husseini, fit circuler une rumeur disant que les juifs voulaient reconstruire le Temple sur la mosquée Al-Aqsa.

Dans ses prêches il répétait  « Quiconque tue un Juif aura droit au Monde futur »

Le 24 aout 1929, jour de chabbat, il y eu un immense pogrom et 63 juifs furent massacrés.

“Ils coupèrent les mains, ils coupèrent les doigts, ils maintinrent des têtes au-dessus d’un réchaud, ils pratiquèrent l’énucléation des yeux. Sur les genoux de Mme Sokolov, on assit tour à tour six étudiants de la Yeshivah  et, elle vivante, on les égorgea. On mutila les hommes. Les filles de treize ans, les mères et les grands-mères, on les bouscula dans le sang et on les viola en chœur”.

Pendant les décennies suivantes, Hébron est Judenrein.

Il fallut attendre la guerre des 6 jours pour récupérer la ville sainte .

Les survivants du pogrom voulurent reprendre leurs maisons, mais Moshe Dayan s’y opposa.

Le problème n’est pas encore résolu aujourd’hui.

La ville de Hébron compte 720 000 habitants arabes et entoure le quartier Juif de Kyriat Arba ou tous les habitants sont armés.

La haine des arabes de Hébron est toujours vivante et une vieille dame de 92 ans, Sara Muhammad ‘Awwadh Jaber, avait déclaré en 2011.

“Je suis de Hébron, de la famille Jaber. Si Allah le veut, nous enterrerons les Juifs de nos propres mains. Nous les massacrerons comme nous les avons massacrés à Hébron. Nous, les gens de Hébron, avons massacré les Juifs. Mon père les a massacrés” Les Palestiniens devraient massacrer les Juifs comme nous les avons massacrés à Hebron”.