Génocide Arménien

Pendant la première guerre mondiale , les Turcs, alliés des allemands et ennemi des allemands ont tués , massacré entre 800 000 et 1.2 millions d’Arméniens.

Le génocide Arménien’est le premier génocide du 20ème siècle.

Etat des lieux

A la fin du 19ème siècle, les Arménien vivaient en Arménie, bien sur, qui se trouve sur le territoire russe et aussi dans l’Empire Ottoman dans l’est de l’Anatolie, à proximité des frontières turco-russes et turco-perses.

Les Armeniens , chrétiens apostoliques, vivent au milieu d’une population musulmane

Dans l’Empire ottoman, les Arméniens étaient considérés comme des habitants de seconde catégorie. Les Arméniens étaient surtout des paysans pauvres « rackettés » régulièrement par les nomades kurdes armés. Mais dans les villes turques, des commerçants arméniens pouvaient bénéficier d’une éducation plus soignée et former une élite intellectuelle.

Pour se protéger , les Armeniens forment des partis politiques, certains non-violent, d’autres socialistes ou d’autres encore indépendantistes. De nombreuses révoltes ont lieu et entre 1894 et 1886, le sultan Abdülhamid II, surnommé par dérision « le Grand Saigneur » favorise le massacre d’au moins 200 000 Arméniens.

C’est le début du « massacre »

Les « Jeunes-Turcs » prennent le pouvoir en 1908 et massacrent en Cilicie 30 000 Arméniens.

La Turquie entre en guerre le 29 octobre 1914. Le pays devient l’allié de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie contre les puissances de l’Entente (Grande-Bretagne, France, Russie et Serbie).

Afin d’anticiper les débarquements alliés qu’ils redoutaient sur la  péninsule de Gallipoli, les autorités ottomanes arrêtèrent 240 dirigeants arméniens à Constantinople le 24 avril 1915 et les déportèrent à l’est de l’Empire. Aujourd’hui, les Arméniens considèrent que cette rafle marque le début du génocide

Les turcs considèrent que les Arméniens, minorité chrétienne dans un empire musulman, sont alliés des russes et décident de les éliminer.

Les officiers régionaux  organisèrent un grand nombre d’exécutions et de déportations, avec l’aide de civils des environs. Les militaires et l’organe de sécurité ottomans, assistés de leurs collaborateurs, tuèrent la majorité des hommes arméniens en âge de combattre, ainsi que des milliers de femmes et d’enfants.

Lors des marches forcées dans le désert, les convois de personnes âgées et d’enfants subissaient des attaques . Ces violences s’accompagnaient de vols (on déshabillait par exemple les victimes avant de leur voler leurs vêtements et de fouiller leurs orifices corporels à la recherche de biens de valeur), de viols, d’enlèvements de jeunes femmes et de petites filles, l’extorsion, de torture et de meurtre.

Des centaines de milliers d’Arméniens moururent avant d’atteindre les camps de détention dans le désert syrien ou Irakien. Beaucoup furent tués ou enlevés, d’autres se suicidèrent et un grand nombre périt de faim, de soif, de froid ou de maladie.

Les survivants sont enfermés dans des camps de concentration comme celui de Deir ez-Zor en Syrie.

Même si le terme génocide n’est apparu qu’en 1944, la plupart des spécialistes s’accordent pour dire que l’extermination massive des Arméniens correspond à la définition de ce mot.

[su_youtube_advanced url= »https://youtu.be/et4du3yUGwg » rel= »no » theme= »light »]

Exemple à suivre

Les allemands témoin de ces massacres, ont reproduit le même schéma génocidaire envers les juifs pendant la Shoah.

La Turquie n’a jamais reconnu le Génocide Arménien.

Erdogan rêvé de reconstituer l’Empire Ottoman et ne se gène pas pour massacrer les Kurdes, son ancien allié, dans l’indifférence générale.

Ainsi va le monde.

Aujourd’hui , je fais un reproche à Israël de n’avoir pas encore reconnu ce Génocide pour des raison de géopolitique de l’époque, mais qui sont devenues obsolètes de nos jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.