France me revoilà

France me revoilà après 7 ans de séparation.

Cela fait sept années que j’écris sur la France à travers les infos lues ou écoutées.

Je vais enfin me confronter à la vérité.

Mon voyage vers Paris, capitale de la France.

Départ de Netanya vers midi avec un ciel bleu et déjà 31° à l’ombre, température normale pour un 25 juin.

Embarquement classique avec un dernier moment sans masque.

Quelques achats au Duty Free et dernier repas du condamné.

Et ma petite spécialité, une rencontre imprévue.

Cette fois ci, j’ai rencontré Elie Chouraqui.

Et j’ai discuté avec Elie, sans interdit, conforme à son image, disponible, agréable.

Je ne l’ai pas trop dérangé car je suis certain de le revoir un jour à Tel-Aviv.

Un petit tour dans la cabine de pilotage pour remercier le commandant de bord.

Et constat terrifiant, sous une pluie battante, les essuies glaces ne fonctionnaient pas.

Le principal, bien atterri, merci Transavia, à moi Paris, à moi la France.

Pourquoi avoir attendu 7 ans

J’ai passé sept années exceptionnelles où ma principale motivation a été mon intégration.

Le Covid est passé par là et a changé beaucoup de choses, et revoir mes petits enfants a été une des motivations.

Mais surtout, c’est pour accompagner Wanda, ma compagne, un cadeau d’Israël qui a été le moteur de mon retour.

Mes deux premiers jours en France.

Une intégration qui a été progressive et non agressive.

Je suis arrivé en France sous une pluie battante, avec des routes inondées.

Premier Shabbat très chaleureux chez la sœur de Wanda, dont la joie et la bonne humeur m’ont réchauffé le cœur.

Nous sommes à Pomponne, petit village pavillonnaire, très agréable, de la banlieue de Chelles.

Première rencontre avec la population et la vie locale.

Achats au Carrefour local et première comparaison avec les hypers israéliens.

Première constatation, la taille et le choix donne un avantage à la France.

Mais si on élimine tous les produits non cashers, Israël est de loin supérieur.

Le Carrefour avait 25 mètres linéaire de produit Halal, contre un tout petit mètre de produits cashers.

C’est la loi du nombre, à l’image de la communauté française, il doit y avoir 25 fois plus de musulmans que de juifs.

Je n’ai vu qu’une seule femme voilée et malgré le port du masque généralisé, il me semble que j’ai croisé très peu de maghrébins.

Visite ensuite d’une amie de Wanda, qui habite dans la Vallée de Chevreuse, un tout petit village qui se nomme « Boullay les troux ».

Premières impressions d’une France privilégiée qui a gardé ses valeurs.

Aujourd’hui, visite chez mon fils Harry, qui habite le 17ème.

Et balade dans Paris et rencontre inévitable avec la nouvelle France, celle du métissage.

Je vous donnerai mes impressions dans un prochain post.