F-35 ou Adir opérationnel

Face à la menace iranienne qui se précise, le premier escadron de F-35 israélien « Adir » est désormais opérationnel.

Le premier escadron est composé de 9 avions de chasses furtifs.

Avec les États-Unis, Israel est le seul pays a avoir un escadron entièrement constitué de F-35.

« Il s’agit d’une nouvelle expression de la coopération et de la relation stratégique spéciale entre Israel et les États-Unis » a déclaré le porte parole de Tsahal

[vc_row][vc_column][vc_video link= »https://youtu.be/Sd8g8AyeB64″ rel= »no »][/vc_column][/vc_row]

Israël a reçu ses deux premiers avions-chasseurs F-35 à la fin du mois de décembre 2016. Dans les onze mois et demi qui se sont écoulés depuis lors, les forces aériennes ont formé les pilotes à les manœuvrer et elles ont préparé les équipes, au sol, à assurer leur maintenance et à les réparer.

Les avions furtifs F-35 sont placés sous la responsabilité de l’escadron Aigle doré, sur la base aérienne de Nevatim qui se situe dans le centre d’Israël.

Ces avions ont déjà été utilisés par l’armée de l’air israélienne en Syrie.

Une des missions aurait visé, le 3 décembre, la base d’al Kiswah qui, située à une dizaine de kilomètres au sud de Damas, est suspectée d’abriter des combattants iraniens.

Le général Amikam Norkin, le chef d’état-major de l’aviation israélienne a dit. « La mise en service de l’avion Adir arrive au moment où la force aérienne israélienne opère sur différents fronts dans un Moyen-Orient dynamique . Les défis complexes et en évolution sont traités avec qualité et un haut niveau de professionnalisme ».

En clair, Tsahal estime que le F-35A « renforce » ses « capacités opérationnelles et tactiques » et lui permet aussi de « se préparer à plusieurs scénarios de combat dans différentes zones. » Un responsable militaire israélien aurait estimé que cet appareil allait devenir « l’un des piliers centraux de la stratégie aérienne israélienne », en raison de sa furtivité, laquelle permettrait de déjouer les capacités de déni ou d’interdiction d’accès, comme celles mises en œuvre avec l’Iran avec le système de défense aérienne S-300 de facture russe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.