Et si Rabbi Jacob était tourné aujourd’hui

Et si Rabbi Jacob était tourné aujourd’hui

Personnellement je ne pense pas qu’il puisse y avoir un remake de Rabbi Jacob aujourd’hui.

Il faut se remettre dans le contexte géopolitique de l’époque.

Le film a sorti en 1974 et a du prendre 3 à 4 années entre l’écriture du scénario et le tournage.

Donc l’écriture a du commencer dans les années 69 ou 70 soit quelques années avant la guerre des 6 jours.

Quel était l’esprit de la population française

Israel était encore auréolé de sa victoire pendant la guerre des 6 jours en Juin 1967 et la communauté juive, auréolé de cette victoire, vibrait dans un calme presque idyllique.

A l’époque “être heureux comme D.ieu en France” avait tout son sens.

La population arabe était dans sa première génération d’immigration, la guerre d’Algérie avait finie en 1962, le regroupement familial n’avait pas été institué et la population arabe était composée en majorité d’hommes seuls.

L’islamisme n’était pas du tout présent, ni l’antisémitisme arabo-musulman.

Les musulmans évitaient de se faire remarquer, car les séquelles de la guerre d’Algérie étaient encore vivaces dans l’esprit des français qui n’aimaient pas beaucoup des arabes.

L’écriture et le tournage

Comment aurait été perçue cette scène mythique aujourd’hui.

Il y a le personnage principal, Louis de Funès, qui était au sommet de sa gloire.

Il représentait le français bourgeois, riche, raciste, méchant ,de mauvaise fois et un peu inculte.

Le parti communiste était très important, avec un Georges marchais à sa tête, et la classe moyenne haïssait le personnage interprété par Louis de Funès.

A l’époque, j’avais 20 ans, et cette réplique , comme aujourd’hui, m’avais fait rire et je n’avais pas ressenti l’antisémitisme des propos, mais plutôt l’ignorance de la présence des juifs, qui étaient complètement intégré à la communauté française, et que beaucoup de personnes ignoraient la qualité de juif de beaucoup de leurs collègues.

Monsieur Pivert, est le type même du raciste primaire qui n’aime que lui, et les français grognons comme lui.

Il n’aime ni les suisses, ni les allemands, encore moins les Belges.

Et les mariages mixtes encore moins.

La caricature extrême du français “raciste” de l’époque.

Un raciste bon enfant, qui malheureusement n’existe plus de nos jours.

Pour finir, danse avec une star

 

2019-03-11T09:24:22+00:00 mars 10th, 2019|Categories: Antisémitisme, France, Psychologie|0 Comments
Selectionner votre monnaie
ILS Shekel israélien
EUR Euro
%d blogueurs aiment cette page :