Charly et la Tunisie

Je connais Charly depuis plus de 40 ans, j’ai même été son voisin à l’avenue Philippe Auguste à Paris.

Je suis son voisin en Israel et je le vois très souvent en bas de chez lui le matin quand je cours ou au Kikar entrain de prendre un verre.

Son amour de la Tunisie a été amplifié par sa volonté de nous faire partager son bonheur.

Mais on ne peut pas oublier pourquoi et souvent comment tous les juifs ont quitté la Tunisie.

Moi même, avec moins de volubilité que mon ami Charly, j’ai essayé de renouer avec la Tunisie.

Il y a quelques années, en 2010 exactement, j’ai voulu faire la paix avec ce que je croyais être mes racines, et j’ai ouvert une société d’informatique à Djerba.

Mon siège social était à Midoun et j’y avais loué une maison, car je comptais m’y installer.

La présence de juifs, sur place depuis près de 2600 ans. Après la destruction du 1er Temple par Nabuchodonosor en -586 de notre calendrier.

Il est vrai que la vie, sur place, a été très agréable, et ce qui était aussi très agréable pour moi, c’est l’acceptation des juifs sur l’ile.

Tous les taxi avaient un plan de l’ile sur leur tableau de bord, avec la Ghriba et une Maguen David en plein milieu.

Ces mêmes chauffeurs de taxi me renseignaient souvent sur les fêtes juives.

Tout allait pour le mieux.

En 2011 la révolution libyenne a fait fuir une certaine population qui est venue sur Djerba avec son antisémitisme.

J’ai quitté l’ile par tranquillité et j’ai continué a garder des relations professionnelles avec mes anciens employés.

Des jeunes gens intelligents que je pensait sincèrement ouvert d’esprit.

Mais en apprenant mon Alyah, un par un , ils ne voulaient plus me parler jusqu’à aujourd’hui, aucun ne répond a mes invitations verbales.

Car pour eux un « sioniste » est l’ennemi par excellence.

Je suis bien content que Charly ait enfin ouvert les yeux.

Israel est notre patrie et ne nous rejettera jamais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.