Ben Salmane reconnait Israel

Ben Salmane reconnait Israel, le prince héritier de l’Arabie Saoudite a dit dans un journal américain

« Je crois que chaque peuple, où que ce soit, a le droit de vivre dans sa nation pacifique. Je crois que les Palestiniens et les Israéliens ont le droit d’avoir leur propre terre »

Je crois qu’on peut qualifier ces termes d’historique, car c’est le chef de file des états arabes, gardien des lieux saints de l’Islam.

Il reconnait pour la première fois l’Etat d’Israël.

Pour ses 70 ans, après l’ouverture de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, c’est le deuxième cadeau que le monde offre à Israël.

Le prince Mohammed ben Salmane avait déjà autorisé les avions Indien à survoler la péninsule pour aller en Israël.

Une normalisation avec Israël qui s’officialise à petit pas.

De son coté Benjamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien, a désigné Israël comme étant « l’indispensable allié » des pays arabes opposés à Téhéran.

« Notre pays n’a pas de problèmes avec les Juifs », insiste Le prince Mohammed ben Salmane,

« Israël est une grande économie » en « pleine croissance », « et bien sûr il y a beaucoup d’intérêts que nous partageons »

La nouvelle Alliance

Les Etats-Unis, L’Arabie Saoudite et Israël, alliés contre l’ennemi commun qui est l’Iran.
Les Etats-Unis comptent notamment sur un rapprochement entre Israéliens et Saoudiens pour redessiner les équilibres régionaux, au moment où les dirigeants palestiniens ne veulent plus des Américains comme médiateurs de paix, après la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël.
Le 3 décembre, quelques jours avant l’annonce de Trump, le New York Times a rapporté que lla ville de Abou Dis avait été suggérée au président palestinien Mahmoud Abbas comme une capitale possible par Mohammed bin Salmane.
Le prince Mohammed ben Salmane, a indiqué le journal, voulait «imposer un règlement aux Palestiniens afin de renforcer la coopération israélienne contre l’Iran». Riyad considère Téhéran comme un rival régional, en particulier au Yémen, en Irak, en Syrie et au Liban, et souhaite vivement le soutien israélien.
Les vues de l’est et de l’ouest de Abou Dis, qui se trouve à 628 mètres d’altitude, sont à couper le souffle. Par une matinée claire, vous pouvez voir la Mer Morte et les collines de Jéricho avec leur herbe rouge courte. À l’ouest sont les murs de la vieille ville et le dôme doré du rocher.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.