Auschwitz, abattoir pour Juifs

Auschwitz, abattoir pour Juifs que je voudrais différencier des Végans qui comparent les abattoirs industriels aux camps d’extermination.

On a tué des Juifs parce que Juifs, mais on tue les animaux pour nourrir les humains, dans un but économique et alimentaire.

Pour cet anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, le plus grand des camps de concentration, je voudrais rendre hommage à ceux qui y sont morts.

Installé sur le sol polonais, il sert à la fois de camp de travail et de site d’extermination rapide pour les Juifs.

L’extermination des Juifs commence en mars 1942 pour se terminer en novembre 1944.

30 mois soit 900 jours ou 1.100.000 juifs ont été abattus comme des animaux, une moyenne de 1250 juifs par jours.

1250 juifs par jours, dépouillés de tous leurs biens, tués puis incinérés dans l’indifférence mondiale.

Il aurait suffi aux alliés de bombarder les lignes de chemin de fer pour sauver des centaines de milliers de Juifs, mais rien n’a été fait.

Les allemands faisaient le travail et les antisémites du monde entier laissaient faire.

Mais la n’est pas mon sujet.

Auschwitz ou les limites de l’acceptation de la mort.

6 millions de Juifs se sont laissés manipuler, sans se révolter pour aller vers une mort certaine.

Tous les Juifs ne se sont pas laissé faire. Engagés dans la résistance, dans la Légion Étrangère ou dans  la Brigade Juive de Palestine, beaucoup se sont battus.

Il est vrai, malheureusement, que beaucoup se sont résignés.

Pour beaucoup de ceux qui sont revenus, D.ieu était mort à Auschwitz.

Comme une partie d’eux-même, par honte, par remord et surtout pour essayer d’oublier.

Mais on ne peut pas oublier l’enfer.

Mon grand-père, “Adolphe Chalfine Zal ” me disait 30 ans après qu’il avait constamment l’odeur de la chair humaine brulée dans les narines.

Et que toutes ses nuits, sans exception, étaient peuplées de souvenirs douloureux et remplies de cauchemars.

Il s’était enfui des camps en se cachant dans les latrines d’un train.

3 jours dans une fosse, où les allemands déversaient leurs excréments, sans qu’il ne bouge, pour ne pas se faire remarquer.

Il avait de la chance d’être jeune. Il mesurait 1.80m et pesait 35 kilos.

Comment on réagi les familles

Comment peut-on comparer cette situation à celle d’aujourd’hui, où nous nous plaignons du confinement avec télévision, téléphone, wifi, réfrigérateur bien rempli?

Tandis que certains Juifs  sont restés plusieurs années enfermés dans des caves, sans faire de bruit, sans lumière et en se nourrissant exceptionnellement.

Ce n’est pas comparable non plus aux Juifs d’aujourd’hui qui ont la chance d’avoir Israel pour refuge.

Israel qui est allé les sauver à Entebbé et qui a l’armée la plus forte du Monde.

Je pense au père de famille qu’on emmène dans les camps,  qui se savait sans défense,  sachant qu’il laisserait sa femme et ses enfants seuls sans aucune protection.

Peut-on le condamner?

Non

Ils étaient des héros, qui se sont sacrifiés pour être le plus longtemps possible avec leurs familles, une dernière protection avant l’horreur.

Je voudrais simplement leur rendre hommage aujourd’hui.